Notre association a été proposée par la Région Normandie pour recevoir le Prix de la Fondation d’entreprise BRED 2017, lors de l'Assemblée Générale qui a eu lieu ce mardi 30 mai au Centre des Congrès de la Ville de Caen.

Nous avons reçu 2 500 € de la part de la BRED.

Je vous met une photo de la lettre et du montant du prix. D'autres photos et j'espère un petit film nous parviendra.

DSC_0033

Ci-dessous le texte lu à la tribune. C'est le texte que j'avais préparé, mais je l'ai un peu modifié en direct, en fonction de ce qui avait été dit avant moi (les ponctuations... sont faites pour me rappeler à quel moment s'arrêter, appuyer...).

"Bonjour à tous,

Bon… on m’a demandé de ne pas être trop long et ON a raison. En tant que président d’association et investi dans une cause, je suis tenté de partager longuement et je pourrais vous en faire 12 pages… Au moins…

Je voudrais commencer par remercier la BRED pour ce beau cadeau, auquel nous ne nous attendions pas du tout…… Il me faut également remercier la région Normandie et en particulier Hervé Morin, pour avoir pensé à présenter notre association.

Pour me présenter un peu, j’ai 58 ans, je suis comptable dans une expertise comptable.

Ce qui tombe très bien aujourd’hui et que vous ne saviez pas avant, c’est que j’ai commencé ma carrière à la Banque Populaire de la Côte d'Azur. J'y suis resté 11 ans et j'ai toujours ressenti un esprit convivial à la Banque Populaire. Je suis ensuite revenu en Normandie et retrouvé un travail correspondant à mes études.

Lorsque la BRED s'est installée à Pont Audemer, j'ai été les voir et j'y ai retrouvé cette même convivialité. Ce service sympathique, efficace et souriant au client. Vous pouvez d'ailleurs les féliciter, car tous les salariés que j'ai pu y voir sont dans le même état d'esprit.

Je suis donc client à la BRED… J’ai également mis à la BRED les comptes de Ponto Solid'Air, de 4 associations dont une départementale que je dirige également et j'en fais la publicité dès que je peux.

Concernant Ponto Solid’Air, nos activités sont :

Les « Après-Mi’Dires », pour lutter contre la solitude, accueil récréatif et convivial, où nous recevons des personnes souffrant de toutes sortes de solitudes. Des personnes âgées, mais aussi des jeunes, des familles (souffrant d’une certaine solitude à l’intérieur même de la famille), des handicapés, des personnes de tous milieux.

Nous faisons également de l’écoute, des entretiens individuels qui débouchent sur un accompagnement et un soutien personnalisé, de l’aide administrative et de l’orientation vers les différents partenaires sociaux (organismes publics, associations…) avec qui nous collaborons.

L’un des objectifs de l’association est de : « favoriser l’insertion en général et des jeunes en particulier ». Nous y tenons spécialement.

Nous avons depuis pas mal de temps, un Projet associatif : un "Accueil Solidaire". Le projet fait quelques pages, je vous le résume ici.

L’idée est de créer au cœur de la cité une structure basée principalement sur une exigence d’écoute, d’attention, de réconfort et de convivialité. Une structure accueillante : on trouve toujours à qui parler, une structure enrichissante : grâce aux conversations, aux rencontres, une structure rassurante : on n’est plus seul, on peut partager ses soucis, on se sent soutenu, on peut s’expliquer, trouver de l’aide, se faire des amis, etc…

En clair, une structure spécialisée dans l’écoute de l’autre et dans l’entraide.

Dans ce lieu, avec l’accueil, la discussion, l’écoute, et ce fameux suivi personnalisé… nous voulons organiser un soutien scolaire et une aide aux devoirs pour les plus jeunes en difficultés… un accès à la culture (appel à titre gracieux à des artistes locaux musiciens, chanteurs, chorales, comédiens, pour organiser un type d’événement festif et culturel)… D’autres ateliers ou activités à caractère collectif à mettre en place au fil du temps et selon disponibilité (chant, théâtre…).

Nous avons enfin un projet d’accueil de mineurs dans le cadre de mesures judiciaires de réparation, en collaboration avec les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Notre problème avec ce projet c’est de trouver un local pouvant l’accueillir. Un local gratuit… C’est juste un rêve. A acheter, impossible pour notre association. A louer, il nous faut une assurance de rentrées d’argent.

Le responsable d’un lieu de vie pour enfants insistait sur le fait qu’à 18 ans, les jeunes étaient livrés à eux-mêmes. Notre lieu d’accueil pourrait agir sur leur devenir en les aidants à lutter contre une certaine forme d’abandon, de solitude. Ils pourraient venir parler, nous pourrions tenter de les aider, de les conseiller et ils pourraient prendre part aux activités bénévoles en attendant d’avoir un travail.

Je vous remercie tous pour votre écoute. C’est une association qui me tient à cœur et nous nous accrochons tous, les bénévoles et moi-même, grâce à la joie des gens qui participent à nos « Après-Mi’Dires » et devant les besoins que nous voulons combler.

Merci encore."